Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Récentes > livrée à Avignon

livrée à Avignon

par marie-l, le 10/09/2019 à 18:50 - 357 visites

Cher Guichet du Savoir,
A Avignon, les anciennes demeures des cardinaux s'appellent des "livrées" (la livrée Ceccano). Je n'ai pas trouvé cette définition dans un dictionnaire. D'où vient-elle ? Est-elle utilisée ailleurs ?
Merci.

Réponse du Guichet du savoir

par gds_et, le 11/09/2019 à 15:54

Bonjour,

Commençons par une brève remise en contexte :

« L'installation des papes en Avignon a attiré la curie pontificale et en particulier le collège cardinalice. Après s'être logés comme ils le pouvaient dans les couvents et les monastères de la ville, les prélats se font construire des palais afin de mener en Provence une existence aussi fastueuse que celle qu'ils connaissaient à Rome. Une trentaine de palais ou livrées cardinalices sont élevés à l'intérieur de l'enceinte, d'autres dans les faubourgs de la ville ou encore à Villeneuve-lès-Avignon. Les prélats acquièrent des maisons et les font démolir pour édifier leurs demeures. Ces livrées restent aujourd'hui l'une des caractéristiques les plus méconnues du paysage médiéval avignonnais. »
Source : Sur les pas des papes d'Avignon, Sophie Cassagnes-Brouquet, Emmanuel Pain

Voici l’explication donnée par Bernard Sournia et Jean-Louis Vayssettes dans l’article Le Sacré Collège en villégiature : le palais d’un cardinal au temps de la papauté avignonnaise, In Situ, 6 | 2005 :

« Les palais cardinalices du temps de la papauté avignonnaise sont de deux sortes : les palais urbains et les résidences de la campagne.
Les premiers ne sont, au départ, que de simples habitations bourgeoises réquisitionnées par l’administration pontificale pour le logement des membres de la Curie. D’où le nom de libratae[b] donné généralement à ces résidences qui étaient en effet [b]livrées à ces éminents locataires. Avec le temps, le séjour d’Avignon tendant à s’éterniser, nous voyons les cardinaux racheter une à une et remembrer leurs habitations de fonction pour se bâtir en lieu et place de spacieux palais, auxquels d’ailleurs continue à s’attacher, par routine mais fort improprement, le nom de livrées. »

Et celle de Jean Favier dans Les Papes d'Avignon :

« Hors du palais pontifical où sont logés quelques officiers et la masse des serviteurs, se sont multipliées à Avignon les résidences d'officiers, de dignitaires, de parents du pape et, bien entendu, celles des cardinaux. Pour ces derniers, on parle de « livrées », ce mot étant là dérivé d'une acception courante pour désigner les vêtements offerts par un notable à ses fidèles pour les honorer mais aussi marquer leur appartenance à une maison ou à une clientèle. Le sens s'en affaiblira plus tard, quand la livrée sera l'habillement uniforme des domestiques d'une grande maison. Dans le cas d'Avignon, « livrée » signifie seulement que les gens du cardinal sont tous logés à la même enseigne. Cela ne touche évidemment ni les parents et alliés, ni les collaborateurs dans le cadre des offices de la curie, ni les clercs et prélats liés au cardinal par une fidélité politique. »

La page Wikipedia consacrée aux livrées cardinalices en présente une liste. Notons que certaines résidences, comme le palais de Thurroye à Villeneuve-lès-Avignon seraient appelées « livrées » de façon abusive :

« La livrée de Thurroye

Prenons pour exemple le palais de Thurroye, dénommé ainsi du nom de son dernier occupant, le cardinal Pierre de Thury ou Thurroye, appelé encore de Turin. Ce cardinal apparaît établi à Villeneuve de 1385 à sa mort, en 1410. L’usage local, imité d’Avignon et cette fois aussi impropre que possible, donne à l’ensemble le nom de livrée. C’est un palais ou, pour employer le terme en usage sur la rive droite du Rhône pour ce genre de demeures, un palatium. On emploie aussi assez indifféremment pour le même type de résidence les mots de manerum, mansum ou hospicium. Comme on peut le voir par les dates d’occupation du cardinal de Thurroye, postérieures au retour du siège pontifical à Rome, ce palais constitue une exception parmi les palais villeneuvois par ailleurs en voie de désertion à ce moment : c’est à titre de légat pontifical qu’y réside le cardinal de Thurroye. »
Source : Le Sacré Collège en villégiature : le palais d’un cardinal au temps de la papauté avignonnaise, Bernard Sournia et Jean-Louis Vayssettes

A notre connaissance, l'appellation "livrée" est bien spécifique à la papauté avignonnaise ; aucune des sources que nous avons pu consulter ne suggère son usage ailleurs.


Bonne journée.
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact